Infrarouge

Certains objets sont rentrés depuis des siècles dans notre quotidien, d’autres sont arrivés plus tardivement mais se sont rapidement rendus indispensables. Pratique, vital, culturel… Ils ont tous une raison de partager nos vies.Que deviendrait-on sans ces objets qui parsèment notre route, quel genre d’Homme serions-nous devenus sans leur présence?

Rouge, c’est la couleur du sang.

Certains de ces objets sont comme des prolongements de nos membres, des greffons outils, parties quasi intégrantes de nos corps, déroulants devant nous une nouvelle palette d’expansions de notre univers ! Relèveriez-vous le défi d’une journée sans souris devant votre pc ? Et vous, seriez-vous capable là, maintenant, de jeter votre téléphone portable contre le mur et puis, frénétiquement, de sauter dessus à pieds joints?

Rouge, c’est la couleur de l’interdit, de la tentation.

Certaines pratiques sont dangereuses pour notre santé, d’autres font polémique mais au fond l’Homme marque sa liberté dans la transgression et dans ce jeu qu’il entretient avec la mort car lui seul mène ce brulot qui consumera son corps. Téléphone rouge, quartier rouge…

Rouge, c’est la couleur de la terre.

C’est de cet ocre que nous venons, c’est cette terre rouge que nous foulons aux pieds et qui chaque jour nous offre de quoi vivre jusqu’au jour où les sangs nous quittent et où nous redevenons ocre parmi la poussière.

Le rouge enfin, c’est ce feu volé aux dieux, cette lumière qui fit sortir l’Homme de la caverne et le mit en chemin. Ce feu qui a permit à l’Homme d’appréhender la technique, celui là même qui est à l’origine des objets que j’ai choisi de mettre en lumière. Une lumière rouge révélant le début d’une longue histoire sortit d’une chambre noire…

Jérôme Gaillard